Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 19:39

Aimer l'aimer,
Aimer l'aimée,
Aimer ses mais,
Aimer s'aimer,
Aimer l'amour,
Aimer à mort,
Aimer,
Sans conditions,
Sans concession,
Sans explication,
Aimer à distance,
Aimer sans distance,
Aimer à longueur de temps,
Aimer à en perdre la notion du temps,
Aimer à jamais,
Aimer pour toujours,
Aimer sans discontinuer,
Aimer ces arrêts sur image,
Aimer aux 5 sens,
Aimer perdre tous ces sens,
Aimer sans poids,
Aimer et pouvoir tout supporter,
Aimer à déraison,
Aimer et savoir pourquoi,
Aimer ces sentiments secrets,
Aimer tout d'elle,
Aimer loin d'elle,
Aimer son corps,
Aimer son coeur,
Aimer ses yeux,
Aimer sa bouche,
Aimer son cou,
Aimer ses cheveux,
Aimer ses bras,
Aimer ses seins,
Aimer son ventre,
Aimer ses jambes,
Aimer ses fesses,
Aimer son rire,
Aimer ses pleurs,
Aimer entièrement,
Aimer sans peur,
Aimer avec certitude,
Aimer sans se poser de questions,
Aimer cet Amour,
Aimer ces nuits,
Aimer la regarder,
Aimer ses expressions nocturnes,
Aimer la voir vivre ses rêves,
Aimer tenter de la protéger de ses cauchemards,
Aimer aimer sans contrepartie,
Aimer aimer gratuitement,
Aimer être riche de cet amour,
Aimer tout entier,
Aimer et se sentir complet à ses côtés.

Aimer.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 18:04

J'irai chanter au rythme de la pluie,

En attendant que les fleurs m'offrent leurs parfums,

A l'ombre d'un caillou, j'écouterai leurs conseils,

Et allongé entre deux brins d'herbe,

Je te parlerai des abeilles et des libellules,

On apprendra ensemble l'art de l'Amour et de la Légèreté,

Je t'emmenerai sur mon nuage au gré du vent,

On ira voir des merveilles sans nom,

Puis, dans le chant de la nuit, on déchiffrera les étoiles,

Enfin, portée par cet Amour pour toi,

Mon âme s'envolera, enfin satisfaite,

De sa vie passée à tes côtés.

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:32

Oh, quoi de plus beau qu’une fleur ?
Fleur du mal ou bien belle fleur,
C’est un bien trop beau destin,
Que tu me fasses mal ou le plus grand bien,
Quelle différence, est-ce bien important ?
A tous les coups je partirai à travers champs,
Comme un papillon, tournoyer, butiner,
Me griser d’une liqueur à goût de vie espérée,
Chanter sous la pluie que le soleil réchauffe les cœurs,
Courir après toi, survoler des montagnes jusqu’à ce que j’en meurs,
Et pour finir te prendre dans mes bras et t’embrasser.
Sur nous, la rosée commencera alors à perler,
Deux fragiles brins dans le vent, ballotés puissamment,
Prenant notre mal en patience, le calme après le sale temps,
Le calme, celui qui apaise, comme un vent de plaine,
Les sauterelles et les grillons faisant vibrer leurs ailes,
Douce musique concertant avec celle d’un feuillu songeur,
Ses racines prenant source dans un ruisseau transportant la fraîcheur,
Celui-là même qui forge les cœurs de pierre sous nos pieds,
Tu atteindras alors avec grâce le sentier,
Bien belle fleur, je te suivrai sur le pétale d’un coquelicot,
Je resterai alors planté à tes pieds, grandissant et t’abritant des flots,
Dans mon antre, sous mon embrasure, ensemble on prendra feu,
Distillant aux quatre vents un soupir d’amour silencieux,
De nos cendres surgira alors un nouvel espoir,
Et le soleil réchauffera les cœurs.
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 23:22

Je pourrais bien te chanter tout le répertoire d'Edith Piaf,
Je pourrais bien te faire danser toutes les valses du monde,
Mais, à moins que ça te suffise, je préfère te crier mon amour.

Mon Amour !!!!!!!!!!!

Voilà, c'est fait,
Viens, je t'emmène voir les oiseaux, les arbres, les flots, et les marbres,

Dans le vent on va se laisser planer,
Ouvrir grand les ailes et s'envoler,
Ouvrir grand les bras et s'enlacer,

Dans le feu on va se laisser brûler,
Ouvrir grand notre coeur et s'embraser,
Ouvrir grand notre main et s'en aller,

Dans l'eau on va se laisser porter,
Ouvrir grand notre âme et s'émerveiller,
Ouvrir grand notre esprit et s'imaginer,

Dans la terre on va se laisser ancrer,
Ouvrir grand notre folie et s'enterrer,
Ouvrir grand nos yeux et s'aimer,

Viens que je t'enlaces,
On va s'en aller et s'imaginer qu'on peut s'aimer,
Regardes comme on s'envole,
On s'embrase, l'amour nous émerveille jusqu'à ce qu'on finisse enterrés.

L'Amour est bien fait,
A la seule condition qu'on l'entretient,
L'entretien des coeurs peut se faire,
A la seule condition que l'on s'aime.

Et qui s'aime, récolte le bonheur

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 23:04

Tu as déclenché un séisme magnitude 20 dans mon cœur,
Un raz de marée s'est créé, ça a fait des vagues dans mon cœur,
J'ai besoin de toi pour me guider dans tout ce bonheur,

Mon étoile, comme les marins et l'étoile polaire,

Sans toi, j'aurai coulé depuis des millénaires.

Tu as fait s'ouvrir mon écorce terrestre, je me suis ouvert à toi,
Le magma c'est mon sang qui coule pour toi,
Comme si tu faisais une prise de sang au soleil,
Là, mon sang est chaud parce que le noyau a explosé,
Je rayonne de bonheur et je n'ai jamais connu un si grand cataclysme,
Même le tsunami du japon n'arrivera jamais à la hauteur de la vague de joie,
Que tu a provoquée en moi.

Si je veux t'emmener sur la Lune,
C'est pour que tu vois toutes les fleurs que tu as fais pousser dans mon corps,
Je suis à fleur de peau, tu vas voir, de là haut tu vas voir tout ce que tu a construit,
Pire qu'un Big Bang, tu as fais mourir mes angoisses et tu m'a redonné vie.


Tu as tout réinventé pour moi, après le Big Bang, des fleurs ont poussées,
Des poissons avec des branchies sont arrivés, ils ont constitués mes poumons,
Des oiseaux se sont relayés pour faire leur migration entre mon cœur et tes yeux,
Le soir dans ceux-ci, bleus comme la mer, une lueur apparaissait, le soleil se couchait,
Et moi j’admire le spectacle, tes yeux m’apprennent à vivre, tu me fais voyager, rêver,
Découvrir la beauté de notre monde, découvrir la chance que j’ai pour vivre ça,
Ta pupille, comme un trou noir, m’attire inlassablement, m’envoute, m’engloutit,
Puis, l’été revient, mon cœur rentre dans mon corps,
Heureux comme un pinson, il me raconte les cieux dans lesquels tu l’as fait voler,
L’air y est pur, tu l’as fait franchir des montagnes plus hautes que n’importe quel Everest,
Il me dit souvent que tu lui donnes des ailes, il attend l’hiver avec impatience,
Pour revenir se jeter dans tes yeux, pour regoûter au bonheur auquel j’ai encore du mal à m’habituer,
Tu fais fondre les glaçons qui me refroidissent sans chaleur,
Le réchauffement climatique c’est ça, des larmes de bonheur et d’amour qui coulent,
Qui détruisent les barrières que j’avais sur le monde, qui dépasse les berges pour envahir tout mon corps,
Plus bas, dans mon ventre, je sens la chaleur que tu crées quand tu me transperce du regard,
Le piton de la fournaise, un serpent qui ne cesse de grandir, qui me bouffe de l’intérieur,
Qui dévore toutes mes peurs, qui me rend plus grand que Gulliver,
Qui me fait fondre d’amour pour toi, qui me fait fondre d’amour sur toi,
Je replie mes ailes pour me rapprocher le plus vite possible de toi,
Le temps n’a plus de temps, mon horloge ne connait plus les hauts et les bas,
Le soleil reste au zénith toute la journée, je m’enflamme quand tu cilles,
Ou quand tu te mords la lèvre inférieure,
Alors j’ai des envies de me jeter sur toi, de te mordre le cou, de gouter encore et encore ces lèvres au gout de miel,
Comme une abeille, comme une balle en plein cœur, tu viens me piquer, tu me pollenise,
Des fleurs grandiront entre nous, nous, les arbres qu’aucun vent ne couchera,
A part peut être un vent d’amour, nous, les arbres, nos racines se sont soudées,
Elles grandissent ensemble maintenant, la terre va craquer sous la pression,
On va s’envoler dans l’immense espace, on flottera dans le vide intersidéral,
On ira voir Andromède, on visitera la galaxie qui tourne en rond,
Spirale infinie qui ne fait que grandir, Roméo et Juliette vont rougir de honte,
Quand ils verront que nous ne nous sommes pas arrêtez au balcon,
Oui je le dis j’ai dérapé en grimpant sur le lierre, mais j’ai eu le temps de prendre ta main,
On est tombés ensemble, je ne sais pas où on a fini mais qu’est-ce que c’est beau ici...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Admimox
  • : Voici la plupart de mes textes, des plus récents aux plus anciens.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens